Accueil / Publications / Education thérapeutique / Articles / Mise en œuvre et évaluation d’un programme d’éducation thérapeutique pour les (...)

Mise en œuvre et évaluation d’un programme d’éducation thérapeutique pour les patients atteints du VIH à Casablanca, au Maroc.

Claire Marchand, Hakima Himmich , Abderahmane Maaroufi, Nathalie Sohier, Jean François Chambon, Rémi Gagnayre, 2005

Résumé :

Pour améliorer la prise en charge des patients atteints de l’infection par le VIH, un programme d’éducation thérapeutique a été implanté en janvier 2000, au sein du service des maladies infectieuses de l’hôpital Ibn Rochd à Casablanca au Maroc. Une démarche raisonnée s’appuyant sur les théories de l’apprentissage et de la psychosociologie de la santé a guidé cette mise en oeuvre. Une formation méthodologique à l’éducation thérapeutique a été dispensée aux médecins du service des maladies infectieuses et aux éducateurs de l’Association de Lutte Contre le Sida (ALCS) de Casablanca, parallèlement à une mise à niveau des connaissances sur le VIH/SIDA. Des séances d’éducation thérapeutique ont été dispensées par les éducateurs de l’ALCS auprès de patients mis sous antirétroviraux, à la suite de la consultation médicale. Une salle de l’hôpital de jour et des outils pédagogiques ont été mis à disposition.

Les effets du programme ont été appréciés après une année de fonctionnement, en mai 2001. 96 patients ont participé aux séances d’éducation, en moyenne 14 séances par patient et par an. Les résultats sont encourageants à 6 mois et12 mois : augmentation des CD4, du pourcentage de charges virales indétectables, amélioration de l’observance thérapeutique à 6 et 12 mois, amélioration des connaissances à 6 mois. La satisfaction des patients vis-à-vis de leur prise en charge se traduit en partie par l’acquisition d’une plus grande autonomie dans la gestion de leur maladie et du traitement. Les différents acteurs de l’éducation expriment les bénéfices acquis par la mise en œuvre du programme (patients, soignants et éducateurs de l’ALCS). Mais certains résultats sont fragiles à 12 mois et nécessitent que les efforts soient poursuivis, les équipes éducatives soutenues dans la mise en œuvre de ces nouvelles compétences.

Cette expérience « pilote » menée au Maroc a permis l’élaboration de recommandations pour la mise en œuvre de programmes d’éducation thérapeutique dans le domaine de l’infection par le VIH/SIDA dans les pays à ressources limitées.